juillet 2008

  • user warning: UPDATE command denied to user 'omnesguaomne'@'10.0.78.27' for table 'cache_browscap' query: UPDATE cache_browscap SET data = 'O:8:\"stdClass\":2:{s:9:\"useragent\";s:1:\"%\";s:4:\"data\";s:609:\"a:25:{s:7:\"browser\";s:15:\"Default Browser\";s:7:\"version\";s:1:\"0\";s:8:\"majorver\";s:1:\"0\";s:8:\"minorver\";s:1:\"0\";s:8:\"platform\";s:7:\"unknown\";s:5:\"alpha\";s:0:\"\";s:4:\"beta\";s:0:\"\";s:5:\"win16\";s:0:\"\";s:5:\"win32\";s:0:\"\";s:5:\"win64\";s:0:\"\";s:6:\"frames\";s:0:\"\";s:7:\"iframes\";s:0:\"\";s:6:\"tables\";s:0:\"\";s:7:\"cookies\";s:0:\"\";s:16:\"backgroundsounds\";s:0:\"\";s:10:\"javascript\";s:0:\"\";s:8:\"vbscript\";s:0:\"\";s:11:\"javaapplets\";s:0:\"\";s:15:\"activexcontrols\";s:0:\"\";s:8:\"isbanned\";s:0:\"\";s:14:\"ismobiledevice\";s:0:\"\";s:19:\"issyndicationreader\";s:0:\"\";s:7:\"crawler\";s:0:\"\";s:10:\"cssversion\";s:1:\"0\";s:10:\"aolversion\";s:1:\"0\";}\";}', created = 1542514107, expire = 0, headers = '', serialized = 1 WHERE cid = 'CCBot/2.0 (https://commoncrawl.org/faq/)' in /home/omnesgua/www/drupal/includes/cache.inc on line 112.
  • strict warning: Non-static method view::load() should not be called statically in /home/omnesgua/www/drupal/sites/all/modules/views/views.module on line 1118.
  • strict warning: Declaration of views_handler_argument::options_validate() should be compatible with views_handler::options_validate($form, &$form_state) in /home/omnesgua/www/drupal/sites/all/modules/views/handlers/views_handler_argument.inc on line 917.
  • strict warning: Declaration of views_handler_argument::query() should be compatible with views_handler::query($group_by = false) in /home/omnesgua/www/drupal/sites/all/modules/views/handlers/views_handler_argument.inc on line 917.
  • strict warning: Declaration of views_handler_sort::options_validate() should be compatible with views_handler::options_validate($form, &$form_state) in /home/omnesgua/www/drupal/sites/all/modules/views/handlers/views_handler_sort.inc on line 165.
  • strict warning: Declaration of views_handler_sort::options_submit() should be compatible with views_handler::options_submit($form, &$form_state) in /home/omnesgua/www/drupal/sites/all/modules/views/handlers/views_handler_sort.inc on line 165.
  • strict warning: Declaration of views_handler_sort::query() should be compatible with views_handler::query($group_by = false) in /home/omnesgua/www/drupal/sites/all/modules/views/handlers/views_handler_sort.inc on line 165.
  • strict warning: Declaration of views_handler_filter::options_validate() should be compatible with views_handler::options_validate($form, &$form_state) in /home/omnesgua/www/drupal/sites/all/modules/views/handlers/views_handler_filter.inc on line 599.
  • strict warning: Declaration of views_handler_filter::query() should be compatible with views_handler::query($group_by = false) in /home/omnesgua/www/drupal/sites/all/modules/views/handlers/views_handler_filter.inc on line 599.
  • strict warning: Declaration of views_plugin_query::options_submit() should be compatible with views_plugin::options_submit($form, &$form_state) in /home/omnesgua/www/drupal/sites/all/modules/views/plugins/views_plugin_query.inc on line 181.
  • strict warning: Declaration of views_plugin_style_default::options() should be compatible with views_object::options() in /home/omnesgua/www/drupal/sites/all/modules/views/plugins/views_plugin_style_default.inc on line 24.
  • strict warning: Declaration of views_plugin_row::options_validate() should be compatible with views_plugin::options_validate(&$form, &$form_state) in /home/omnesgua/www/drupal/sites/all/modules/views/plugins/views_plugin_row.inc on line 136.
  • strict warning: Non-static method view::load() should not be called statically in /home/omnesgua/www/drupal/sites/all/modules/views/views.module on line 1118.
  • strict warning: Declaration of views_handler_field::query() should be compatible with views_handler::query($group_by = false) in /home/omnesgua/www/drupal/sites/all/modules/views/handlers/views_handler_field.inc on line 1148.
  • strict warning: Non-static method view::load() should not be called statically in /home/omnesgua/www/drupal/sites/all/modules/views/views.module on line 1118.
  • strict warning: Declaration of content_handler_field::element_type() should be compatible with views_handler_field::element_type($none_supported = false, $default_empty = false, $inline = false) in /home/omnesgua/www/drupal/sites/all/modules/cck/includes/views/handlers/content_handler_field.inc on line 229.
  • strict warning: Non-static method view::load() should not be called statically in /home/omnesgua/www/drupal/sites/all/modules/views/views.module on line 1118.

Imaginer (montagne)

Mont, chairs assises lorsque non couchées, surmontées d’une tête nue où deux rieurs luisent lentement. Fatigue de la chair. Fatigue des yeux. Vivacité du regard n’appartenant presque plus au corps, le laissant, lui, à ce qu’il souffre trop, aux noms barbares dont se parent les causes et qui ne répondent pas aux question ; ternissement parfois des deux vifs avant qu’ils cillent et que l’ombre en soit chassée.
Sourire.
De la bouche entre joues rebondies et lèvres sang sortent les mots que la timidité ne peut y tenir plus longtemps. Besoin du dire, réflexes anciens de la politesse dictée. Ils disent entre deux essoufflements, incompréhensibles sinon la musique contenue qui signe leur origine, tandis que s’excusent dans un plissement complice les deux désolés. Un hochement de la lourde tête. Sourire au passage des sons.
Les mains répondent, timides avant que fermes dans leur certitude technique, répondant au corps, tandis que le silence s’étale face au décochement sans cesse des douleurs contre la masse. Les yeux tempères. Continuer. Rien de grave : le corps crie depuis tant que ces sursauts ne sont rien.
Surgit alors une enfant aux mèches sauvages. Un rien entre les grosses mains, un infini sur les larges genoux. Le bonheur cache la souffrance sous un tablier de caresses. Elle, légèreté minuscule, a déjà bondi sur ses frêles guibolles, s’est enfuie.
Avant la séparation dans l’assurance du retour, une boîte tendue de pistaches parfumées qui disent par l’émeraude cachée sous la paupière violette toutes les saveurs de la langue inconnue.
Acceptes.

Imaginer (sens)

Dehors ! Hors de. Soi (nowhere). (Out !). Hors de et donc vers. Loin de ce qu’étant. Ce en quoi étant. Réfugié et incapable de quitter. Le rassurant. Ou un instant seulement : lever. Instant d’image, de photo, un rien de quelques millièmes de déclenchement, fraction de. Contre ce nulle part qui retient à l’intérieur, dans le noir et la vieille systole. Berceuse. Out ! La tête, un instant. La relever pour fixer. Droit devant — mais ce ne sera que soi l’aperçu pour finir, encore soi. Sur sels d’argents. L’avenir ou le futur. Ce qui vient là, figé dans la photographie l’instant d’après. Cet après développement. Futur qui restera si longtemps qu’il finira par être passé. Loin, tant qu’après plus même de noir ni systole. À quoi bon ? Relever pourtant les yeux hors du noir. À moins que noir ne soit finalement que lumière. Ou gris impalpable de la cécité. La lecture donne le sens. La sortie pour un temps. Ouvrir. Et le re-plongeon juste après. Le millième suivant. Un clin de diaphragme et non. Finalement non. Plus à trouver tête baisser. Plus à montrer, à dire. Y retourner.
Non pas que ne pouvoir la relever. Non, bien entendu. Ni le vouloir. Puisqu’à voir bien sûr. À scruter. À faire silence avant le temps du moins dire. Du faible moins dire.
Mais devant cet œil et cette mémoire qui s’annonce. Le risque de cette mémoire ; re-.

Imaginer (fer)

Passage régulier au dessus d’une voie de chemin d’herbe. Enjambement du temps par quelque marche sitôt montées que leurs jumelles descendues après un court plateau sali, hauts grillages pour enclore la verdure citadine qui s’y ébroue, sauvage et protégée, aussi rare qu’abandonnée. Des hurlements colorés sur les murs vibrent à nouveau sur la pierre, vite, sitôt qu’un blanc pâteux les muselle, ajoute un sédiment à l’âge des villes.
Sous la mousse le rouillé gangrène ce dont imaginer vite les longues plaintes d’un train qui arrive, freine, acier contre acier — devant la roue, à hauteur d’essieu, une petite bouche est là, crachant un filet de sable pour augmenter le mordant —, s’arrête finalement toutes portes ouvertes avant d’emporter loin ceux qui y auront remplacé les nouveaux abandonnés du quai.
Passer lentement, la gestion du temps est vitale et l’énorme pendule n’est pas loin dans le dos, à côté de l’immense tableau des destinées à venir ; sentir les quais du monde et leurs foules aveugles se bousculant en traînant derrières elles leurs vies sur roulettes, les angoisses affleurant sous les recommandations, les souhaits de météo et ceux du retour. Retrouvailles ici, même pendule même foule, dans l’autre sens. Guettera au travers des têtes, revenant, celle là qui s’apprête à partir, aperçue un rien encore par delà son propre reflet, au dessus du peu de tronc que laisse entrevoir la vitre.
Arriver vite, la tête pleine de ce que dit, de ce qu’à dire, rien distingué vraiment de la masse grise des couleurs de l’habitude, les marches à la volée, mais sitôt qu’en haut prendre le temps et être pris par lui, un coup d’œil sur l’acier des lignes de fuite tronquée, la scansion obstinée des traverses rongées peu à peu, tout chassé en crâne d’un coup, un paysage nouveau glisse sous la peau, des ombres densifient l’air, forcent le « ralentis ! » intimé aux jambes. Une vibration sous les pieds, le pont tremble et après un temps immense c’est le silence des marches descendantes qui retentit finalement. Y repasser bientôt.