terre

Imaginer (½ vie)

— Si ce n'est pas la terre — qui ?

   — Elle encore, au dedans d’elle, au plus profond de ce qu’elle est. Creuser, sans nécessité de plus qu’une poignée, la moitié d’une, tant qu’elle est la bonne. Se baisser jusqu’à elle, Terre, lente révolution et rotation, jusqu’à la poignée, de laquelle extraire le grain, l’infime, mais constituant d’elle pourtant, et donc elle-même, grain en révolution, poignée en rotation quotidienne autour du centre chaos.Attendre encore, et compter. Être l’assis, révolution et rotation, qui compte et attend la transmission d’infimes, mort des noyaux et leur renaissance en d’autres plus infimes encore — quelques échappés de la bataille e⁻,  γ, donc E. Le temps non plus ajout, addition de tours, retour au départ une fois la boucle, mais fin, scission, fission, du noyau lui-même et du temps nécessaire à ce qu’une ½ quantité cesse et renaisse autre + E. Non plus retour à bout d’élipse mais ½ vie par ½ vie la marche lente vers la dernière fission, la dernière ½ morte restante.
On creuse encore, on cherche la terre pour ces rien de césium à faire vibrer, pour ces quelques γ émis qui disent lentement, les micro temps qui s’accumulent. Reste pourtant, dans fond du temps, au le creux de la vibration, l’incertitude — de 5.10⁻16 seconde ? — avant que le doigts ne s’abatte sur la touche.

Imaginer (terre)

Que dire ?
rien, ou pas beaucoup plus que vu
or qu’à voir sinon vague lueur lunaire voilée d’un ciel sans étoiles ?
ou ce que pris pour, extrapolé du sempiternel noir ?
pas tant lueur que vague halo, trace, comme souffle d’air,
si peut que pas.
Insuffisant quoi que ce soit pour qu’ainsi immobile
autre que noir finalement vu.

Qu’en dire ?
à tâtons pas même le courage bien que paumes à terre
attendre quand-même sous les doigts, une fleur, une herbe au moins
de cette terre sous les paumes
grasse jusqu’à suintante
ou ruisselante d’une pluie par ailleurs non sentie
sans que boue où s’enliser non plus
à moins que larmes : tant larmes que jusqu’à main.
Tant larmes ?
Qu’importe si suffisant à germer.
À humer l’air rien d’un entêtant sous-bois souvenu, champignons
peut-être une poignée jusqu’au nez pourrait la mieux sentir
voire sous le nez la bouche : goûter
rugosité sous la langue bien mieux que les doigts
puisqu’elle qui discrimine jusqu’à toute finesse
— en bouche seraient texture, goût, odeur, son
et si la terre était noire elle rassasierait la vue et ainsi les cinq sens.
La langue y trouverait une graine que la main retournerait au sol.

Qu’en faire ?
Pour l’heure, caresses sans bouger à peine
vouloir la terre, sa douceur et son souffle lent, venir chercher la main.
Serait-ce si elle gonfle signe qu’en son sein ça pousse ?
Quelle fleur ?
ou herbe au moins ?

Alors ?
Rien ne bouge, rien sentis vraiment
ou non vu.
Pas plus d’entendu, y compris l’incessant supposé en poitrine
ou tant le supposé que plus : mort.
ou pas encore celui-ci : in-vivant.
Tout à commencer alors, alors qu’harassé comme autant que siècle
sans que quoi que ce soit souvenu
l’idée de ce tout passé n’étant possiblement qu’un ouï-dire de ce qu’advindrait
une fois hors de
ou rentré en.
Quoi ? Où ?

Qu’alors ?
sinon attendre
les deux bleus pas plus écarquillables qu’alors.
Tant que larmes ?
Rien sentis pas même l’humus et le moisi qui chauffent au dos
pas la force d’y goûter.
Entendu ? toujours pas l’incessant imaginé sans preuve.
Sous la paume, la terre
une fleur attendue sous peu.
Espère
une herbe au moins.

Syndiquer le contenu